Conseil d’ESPien : les correcteurs d’orthographe ont bon cœur  !

Si le monde entier salive devant notre baguette et danse au rythme de la French Touch, il n’en est pas de même quand il s’agit de pratiquer la langue de Molière. Pronoms, subjonctif, plus-que-parfait, accords, verbes irréguliers … autant de règles et de singularités qui jouent avec les nerfs des foreigners amoureux de notre idiome … et les nôtres ! Car nous sommes les premiers concernés, ayant à lutter au quotidien avec cet enfer rédactionnel, qui pourrit nos contenus.

Et dans la communication, ce handicap peut s’avérer fatal : un site web bourré de fautes d’orthographe et c’est minimum 25 % de fréquentation en moins, partant autant de clients potentiels qui s’évaporent. Inenvisageable … mais fréquent, surtout à l’heure d’une production massive de posts, articles et autres cyber-écrits qui gonflent les stats de l’infobésité.

Se relire ? Primordial certes, mais difficile quand il faut pondre cinq ou six contenus en deux heures ; ajoutons-y la fatigue oculaire engendrée par l’usage quotidien de l’écran d’ordinateur, le stress généré par les cours, le stage, les demandes et taches qui s’accumulent sur le bureau, … le doute et l’incohérence s’installent, il suffit alors de très peu pour se tromper et multiplier les fautes d’inattention.

Car même les as de l’orthographe subissent le contre-coup de la lumière bleue et de l’écran en continu ! Mais pas de panique ! Ne vous en faites pas, déculpabilisez, on vous donne LE tips : les correcteurs en ligne. Ces bijoux algorithmiques dénichent les fautes de grammaire et d’orthographe là où vous les avez laissé filer. Mieux, ils identifient la nature du problème, fournissent une explication pour que l’on puisse comprendre et rectifier.

À défaut d’avoir la science infuse donc, il suffit de copier/coller son texte dans la fenêtre destinée à cet usage, de cliquer et de vérifier les termes et tournures signalées par un festival de couleurs. Et pour compléter mon propos, voici une liste de quelques correcteurs pratiques et fiables que vous pourrez trouver sur le net et que vous apprécierez d’autant plus qu’ils sont gratuits :

Ce sont mes favoris mais il en existe d’autres, aussi n’hésitez pas à fouiller, tester pour dénicher ceux qui vous conviendront le mieux, et sauront compléter l’outil de correction initial de votre traitement de texte. Attention néanmoins, tout comme Google Traduction, ces outils sont efficaces mais pas à la hauteur d’un académicien. Un seul ne suffira pas forcément pour repérer toutes les erreurs, du coup soyez prudents et vérifiez vos contenus plusieurs fois avec plusieurs sites. Comme dit le proverbe, on n’est jamais trop prudent (une fois de plus, c’est l’expérience qui parle) ; maintenant, vous savez quoi faire pour qu’aucune faute ne passe entre les mailles du filet !

Léopold CARTIER – Bachelor 3eme année – Créa – 2019/2020