Digital event : webinar, une pratique à privilégier !

Si vous pensez que le monde du digital se résume à la bonne utilisation des réseaux sociaux et de l’influence des bloggeurs, lisez cet article de toute urgence ! En effet, le webinar, élément clé du marketing digital, est l’une des pratiques les moins connues en France, et c’est bien dommage car il peut s’avérer d’une rare efficacité ! Explications !

Webinar : une méthode en développement

Une définition s’impose : le webinar ( « webinaire » ou « séminaire web » dans la langue de Molière) est une conférence web organisée par une entreprise qui y convie ses prospects ; chacun peut y mener son talk sur un sujet précis, et directement interagir avec les participants, sans pour autant être présent physiquement. Courante chez 60% des commerciaux américains, cette pratique tend à s’élargir : c’est actuellement l’une des trois techniques de content marketing les plus efficaces, au même titre que le rendez-vous en face à face ou les études de cas. S’il est bien mené, il optimise considérablement l’image de marque, ce qui va apporter à l’entreprise ou au produit une meilleure visibilité, et donc de nouveaux contacts. S’il est bien mené … et c’est là toute la question.

Pour bien préparer un webinar, il faut déjà penser qualité et pertinence du contenu : pour ce faire, il importe de se mettre à la place des participants afin de réfléchir en amont aux différentes questions qu’ils pourraient se poser, afin d’y répondre au mieux. Notre problématique et notre plan de communication webinar doivent se concevoir sous forme d’entonnoir, en trois actes, soit trois vidéos complémentaires. Selon cette logique, beaucoup envisagent des séquences de mini webinar de 15 minutes, durant lesquelles l’entreprise fait découvrir les fonctionnalités diverses de ses produits, ou les services et solutions qu’elle propose, mais sans trop creuser ni se perdre dans les détails.

Comment articuler une série de webinar

On considère trois besoins principaux dans la réalisation de la conférence, qui feront l’objet de trois sujets distincts :

  • Sujet 1 : La découverte de l’environnement global de la solution proposée

Ici il faut insister sur la notion d’innovation et parler du sujet au sens large, bien le définir, le cerner. Il est vital de garder à l’esprit qu’on n’a pas forcement des professionnels du secteur face à soi : l’auditoire peut comporter des managers lambdaqui cherchent à inclure l’innovation au sein de leur équipe.

  • Sujet 2 : Approfondir par la proposition d’une solution demandée

On s’appuiera non seulement sur l’offre mais également avec des chiffres clefs du marché, ou de concurrents internationaux, d’opérations qui ont marquées le secteur. On cherchera à avancer des solutions concrètes, en les argumentant, mais sans en faire trop ; on avancera également des astuces, des conseils.

  • Sujet 3 : Convaincre de la valeur ajoutée de l’offre

Ce troisième sujet finalise la proposition. Il s’adresse à des participants rodés, ciblés, qui ont suivi un de nos webinaires précédents. Ils seront là pour finaliser leur décision, ils veulent être convaincus, connaître le produit (son utilisation, son environnement, ses utilisateurs, ses fonctionnalités). On recommande ici de réaliser une démo en live de l’utilisation de la solution, on peut également préconiser un témoignage « retour sur expérience » d’un de nos clients.

Précisons que le traitement du premier sujet est essentiel : il doit être large afin d’y intéresser le plus grand nombre d’auditeurs, leur faire découvrir dans un premier temps la façon dont nous abordons le sujet, notre présentation, notre professionnalisme, notre contenu, en résumé si nous tenons nos promesses vis-à-vis du sujet annoncé. Ces détails vont alors fidéliser l’auditoire, il est alors plus aisé de les convier pour assister à la série complète de nos conférences futures.

Comment optimiser la forme de son webinar

Un webinar lambda peut durer en moyenne 45 minutes, mais ce temps peut varier en fonction de votre cible. Si vous voulez toucher des managers, 30 minutes seraient plus adaptées, en privilégiant un contenu pertinent pour ne pas perdre l’attention des spectateurs. Il faut également se servir des données récoltées pour établir une base de données prospects.

Quant à la diffusion, on recommande généralement de privilégier le mardi ou le jeudi, en fin de matinée ou en début d’après-midi. Il faut, comme à chaque prévision d’un événement faire attention au jour, s’assurer qu’il n’y ait pas d’événement majeur qui fasse concurrence. Il est par ailleurs déconseillé de faire un webinar différent à chaque fois, au risque de perdre les interlocuteurs avec un contenu de surface.

Reste à mobiliser les participants. Pour attirer un auditoire plus important, il faut en parler, faire la promotion de l’événement et cela dés que la date est fixée :

  •  à J-30 sur les réseaux sociaux et le site internet
  • à J-7 par emailing à vos contacts, prospects.

Avec ces quelques bases, vous devriez déjà y voir plus clair et aborder le webinar de manière plus sereine, tout en saisissant les opportunités qu’il offre.

Pour en savoir plus :

http://www.cultureevenement.com/la-gamification-quand-les-entreprises-se-prennent-au-jeu/

http://www.lagamification.com/le-marche-de-la-gamification-pourrait-peser-6-milliards-en-2019/

https://www.bearingpointinstitute.com/fr/la-gamification-un-nouveau-terrain-de-jeu-pour-les-rh

https://blog.incenteev.com/fr/2015/03/gamification-definition/

https://rslnmag.fr/mais-au-fait-cest-quoi-la-gamification/

http://www.managerattitude.fr/9874401/la-gamification-un-nouvel-outil-managerial-efficace.html

 

https://siecledigital.fr/2015/06/23/petit-guide-de-gamification/

http://www.culturecrossmedia.com/pourquoi-la-gamification-seduit-elle-tant/

 

 

Salomé TASSE – Bachelor 3eme année  – RP/Event – 2017-2018