L’alternance : l’autoroute de l’emploi ?

L’alternance : un terme qu’on prononce beaucoup à l’ESP, puisque tous les étudiants doivent partager leur temps entre les cours et leur stage en entreprise. Et c’est un point essentiel : un contrat en alternance sur deux se finalise par une embauche dans la société accueillant l’étudiant. Dans une société ou l’insertion professionnelle des jeunes s’avère de plus en plus compliquée, les études en alternance dessinent un chemin privilégié pour décrocher un emploi dès la sortie d’école. Mais pourquoi les étudiants choisissent-ils ce cursus ? Quelles sont leurs motivations et les freins de ce mode d’apprentissage encore mal connu ?

Le principe de l’alternance

Réservée aux 16-25 ans, l’alternance désigne un système de formation fondé sur l’apprentissage théorique d’un métier et sa mise en pratique en entreprise :

  • L’année scolaire est répartie en deux temps, au travail et à l’école.

  • Plusieurs modes d’alternance sont possibles en fonction des écoles : certains pratiquent l’alternance sur une journée (le matin en entreprise l’après midi en école ou vice versa) d’autres sur une semaine (3 jours en entreprise 2 à l’école) ou encore avec des temps plus espacés (2 semaines cours et 2 semaines d’école dans un mois).

  • L’étudiant est rémunéré en fonction de son âge et de sa qualification et voit ses frais scolaires financés par l’organisme OPCA et l’entreprise.

Apprentissage ou professionnalisation ?

Il convient de différencier les deux impérativement :

  • L’apprentissage s’adresse aux étudiants entre 16 et 25 ans qui souhaitent obtenir un diplôme d’état. Il doit être suivi en entreprise par un tuteur spécialisé dans le domaine l’élève suit la formation. La durée de présence à l’école doit être de 400 heures minimum par année.

  • Pour le contrat de professionnalisation, les demandes sont les mêmes mais s’ouvrent aux étudiants âgés de 26 ans et plus et aux demandeurs d’emploi. Il peut aussi s’adresser aux bénéficiaires du RSA, ASS, d’allocation adulte handicapé ou contrat unique d’insertion. Pour la durée de formation, celle-ci se plafonne autour de 70 heures minima par an.

Alternance dans la communication : accrochez vous !

Expérience sur le terrain, constitution d’un réseau, rémunération : mais alors pourquoi ce mode de formation n’est pas privilégié par les étudiants ? Et plus particulièrement dans les grandes écoles ?

  • La raison est simple : la masse de travail y est importante et il est compliqué de jongler entre l’univers de l’entreprise et les cours. Considéré à la fois comme étudiant et salarié, l’alternant doit savoir changer de casquette rapidement, avec le sourire.

  • En effet, en plus de suivre les cours et d’avoir régulièrement des devoirs, des exposés et des partiels à soutenir, l’alternant subit une évaluation constante dans le domaine professionnel, ce qui peut vite se révéler pesant. C’est là ou le rôle du tuteur en entreprise est important : les conseils des professionnels aideront l’élève à optimiser son temps.

Stagiaire ou alternant ?

Il faut le souligner : dans la communication, les opportunités de stages sont plus nombreuses que les offres de postes en alternance. Plus simple administrativement, moins engageant pour la société, le stage est l’alternative la plus employée par les entreprises.

  • Pourtant, pour l’étudiant, l’alternance est un mode d’apprentissage très formateur qui permet en même temps à l’entreprise d’assurer une cohérence dans le travail.

  • N’oublions pas non plus le temps conséquent de d’intégration et de prise de poste chez le stagiaire, ce qui n’est pas le cas chez l’apprenti déjà en activité, intégré dans l’équipe et qui connaît les rouages de la structure, les méthodes de travail.

  • L’alternance assure un engagement direct dans les projets étant donné que l’étudiant est déjà à l’aise avec les outils de l’entreprise. De plus, la prise de responsabilité peut être plus conséquente en raison d’un temps de présence plus long.

Un petit bilan ? A ce jour, 420 000 jeunes français ont décidé de se tourner vers l’alternance, considérée comme la plus professionnalisante. Ces chiffres tendent à augmenter en raison d’une prise de conscience évidente des jeunes face à un marché du travail bouché. Nous pouvons donc en déduire que l’alternance est le cursus de demain. Et vous ? Ferez-vous ce choix ?

Pour en savoir plus :

https://www.alternance.emploi.gouv.fr/portail_alternance/jcms/recleader_6113/decouvrir-l-alternance

https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F31704

http://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/se-former-en-alternance/article/tout-comprendre-de-l-alternance

http://www.letudiant.fr/alternance/alternance-et-apprentissage.html

https://www.afdas.com/entreprises/services/recruter/contrat-de-professionnalisation#objectifs-et-publics-vises

https://www.afdas.com/documents/formulaires-afdas-et-note-dinformation/entreprises/ressources/alternance/Fiche%20outil%20nb03-%20Bare300me%20de%20prise%20en%20charge.pdf/view

https://www.digischool.fr/metiers/alternance/infographie-alternance-chiffres-27407.html

Amandine JOHN – Bachelor 2eme année – 2017-2018