Le guide de voyage  : papier ou numérique, un compagnon toujours fidèle

Ils sont bourrés d’informations culturelles, historiques ou d’ordre pratique sur une destination à l’étranger ou en France, ils sont synthétiques mais complets, ils sentent bon les vacances et on envisage difficilement de partir sans eux : environ 8 millions de guides de voyage ont été achetés en 2017 selon une étude de Livre Hebdo. Preuve que ce type d’ouvrage plaît. Parce qu’il propose des itinéraires, parce qu’il cible les pièges à éviter, parce qu’il donne un aperçu des étapes et des points d’arrêt , parce qu’il offre un gain de temps considérable …

Apparu avec le Guide Bleu lors de la Première Guerre mondiale, complété de cartes grâce à Michelin, depuis 1970, le guide de voyage sélectionne en plus des lieux à visiter des hôtels et des restaurants. Ce faisant, il est devenu un moyen de communication primordial pour les offices de tourisme. Mais à l’heure d’internet tout puissant, n’est-il pas en perte de vitesse ? La digitalisation vat-elle au contraire en augmenter l’intérêt ? Posons la question autrement : demain vous partez en congés en terre étrangère. Allez-vous privilégier le guide en version papier ou sa version numérique ? Et pourquoi ? Une réflexion qui reflète la complexité de ce secteur éditorial.

Guide du routard vs Lonely Planet ?

La plupart des vacanciers vont se référer aux grands classiques que sont le Guide du Routard et Lonely Planet. Deux grandes collections mises à jour chaque année, et qui proposent un choix large de destinations, des cartes et des explications précises, multiplient anecdotes et classifications, s’adaptent à une clientèle plutôt jeune au budget moyen, et possèdent un lexique compréhensible et accrocheur. Ces deux guides permettent aux curieux de voyager tout en complétant leur culture généraleTraduits dans différentes langues, ils sont d’autant plus crédibles qu’ils s’adaptent en fonction des cultures d’origine. 

Ils ont quand même des différences notables :

  • Tout à fait abordable, Le Guide du Routard est plutôt destiné aux personnes qui voyagent seules ou qui font un road trip. Il donne des certifications de qualités aux établissements proposés. Si sa présentation est un peu triste et manque d’images, il a toujours une petite touche d’humour, est très organisé, facile à consulter.

  • Lonely Planet  propose plus d’illustrations et de plans. Malgré de gros pavés d’explications, il peut être parfois incomplet et n’est pas disponible dans toutes les langues. Il est cher, jusqu’à 30€. Il correspond à un tourisme de nouvelle génération, allant de l’économique au grand confort. Il est plastifié donc résistant au mauvais temps et au voyage, pratique pour les sacs à dos. 

Une multitude de références pour une multitude d’usages

Vous cherchez peut-être des livres plus synthétiques avec moins d’explications et pas trop chers ? Il y a Le Petit Futé ou les guides City Break, spécialisés dans les cours séjours et ciblant l’essentiel à faire. Parfait pour les personnes, seules ou en groupe, qui recherchent l’aventure et n’ont pas peur de l’improvisation. Mais il existe d’autres références, et il ne faut pas s’y perdre sans un minimum de précautions.

Point important : le choix de votre guide dépend de vous et vos préférences … mais aussi de votre flair !

  • Il est toujours conseillé de feuilleter les exemplaires d’abord … et de vérifier la date de parution, histoire d’avoir des informations à jour.

  • Attention par ailleurs au titre, qui n’est pas forcément en adéquation avec le contenu ; certains ouvrages ne traitent pas forcément du lieu indiqué sur la couverture !

Pour résumer, la sélection se fait au feeling et au prix : certains ouvrages tarifés à 10 € n’offriront qu’une version édulcorée d’un guide plus conséquent et donc plus onéreux. Voici pourquoi ces ouvrages se concentrent principalement sur leurs cibles, sur le style et sur ce qu’ils proposent, favorisant soit les informations pratiques, soit le côté culturel. 

Et le numérique dans tout ça ?

Certains ne vont pas s’embarrasser, préférant se tourner vers internet. Avec l’apparition du numérique, les guides de voyage se sont adaptés et ont joué la carte de la numérisation. Digitalisé, le guide de voyage contient bien sûr les informations des experts concernant les lieux, les restaurants et l’Histoire du pays. Mais il valorise également le contenu produit par les utilisateurs, la communauté qu’il fédère, cela grâce aux notes, aux commentaires et aux avis. Certains titres sont d’ailleurs disponibles en version numérique téléchargeable sur Apple Store et d’autres applications ; on peut ainsi les consulter au format PDF.

Avec plusieurs avantages : la possibilité de poser des questions précises sur les chatbots des sites web dédiés, et d’obtenir des réponses instantanées ou presque, de pouvoir consulter la communauté des usagers via les réseaux sociaux, d’échanger les expériences, les souvenirs. Quant au guide lui-même, on le porte sur soi, dans son smartphone, sans qu’il prenne de place. On peut même l’adapter à ses besoins : c’est ce que propose mypetitfuté.fr qui permet de créer son propre guide et de l’imprimer ou le télécharger à partir 1,90€.

Bref la numérisation a du bon … sauf quand le smartphone tombe en panne, est déchargé ou dérobé. De même, elle interdit toute annotation, et complique la consultation des cartes et des plans, réduits à la dimension d’un écran de téléphone. Par ailleurs les sites et les réseaux pullulent de faux avis et de commentaires parfois douteux ; il convient de s’en méfier. Reste un dernier point : digitalisé, le guide de voyage n’est plus un objet concret.

Or selon moi, ce livre a vocation de souvenir. Il est écorné, sali, souligné, écrit de partout … Observons les anciens guides : on y apprend beaucoup sur des monuments qui n’existent plus ; c’est donc important de les conserver. Et puis avec le papier, on décroche du numérique, on se sent plus autonome et débrouillard. Une expérience que les globe-trotters toujours plus nombreux n’hésiteront pas à raconter sur leurs blogs puis en version papier. Un peu comme Robinson Crusoé ?

Pour en savoir plus :

https://www.tourmag.com/Quels-sont-les-guides-de-voyages-les-plus-vendus-en-France_a92242.html

https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/les-guides-de-voyage-demain-croisement-de-numerique-et-communautes/84612

https://www.officiel-des-vacances.com/quel-guide-de-voyage-choisir#backUnit

https://www.franceinter.fr/emissions/decollage-immediat/decollage-immediat-05-fevrier-2017

http://www.mypetitfute.com/

https://www.lagardere-pub.com/marques/routard

 

Axelle AMIOT – Bachelor 2eme année – 2018-2019