Le Salon Rétromobile : les vieilles ont toujours la côte !

S’il y a bien une date que tous les amateurs de véhicules de collection ont coché dans leur agenda, c’est celle du salon international des voitures de collection, plus communément appelé « Salon Rétromobile ». La 43ème session de cette date phare dans le milieu automobile s’est tenue du 07 au 11 février 2018 au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris. Au programme : plus de 650 exposants répartis sur 3 halls pour un total de 69.000 mètres carrés d’expositions, mais aussi l’incontournable et spectaculaire vente aux enchères d’Artcurial Motorcars. Bien loin des clichés, entre passion et nostalgie d’une époque révolue, COMinside vous emmène à la découverte de cet événement sur lequel le temps n’a aucune prise.

Un salon symbole de passion

Traditionnellement organisé au mois de Février, le Salon Rétromobile  permet de rassembler en un même lieu tous les acteurs du monde de la voiture de collection. Il s’agit d’ailleurs du plus gros salon européen du secteur. Clubs, revendeurs, garages spécialisés dans la restauration, vendeurs de pièces détachées : c’est tout un écosystème qui fusionne en cette occasion. Certains sont français, d’autres pas, néanmoins, tous sont guidés par la même passion et le même but : continuer à faire vivre celles qu’ils appellent « nos anciennes ».

Pour l’occasion, tous exposent fièrement leurs plus belles machines, lustrées à la perfection : il faut que ça brille ! On s’émerveille à chaque  nouveau stand tant les véhicules exposés sont exceptionnels. Anglaises, américaines, allemandes, italiennes, françaises… il y en a pour tous les goûts. Certains exposants en profitent pour sortir le grand jeu ; je pense notamment sur cette édition 2018 au stand de Lukas Hüni AG, un négociant Suisse venu avec une dizaine de véhicules tous aussi exceptionnels les uns que les autres, notamment une Ferrari 250 GT SWB Berlinetta Shark Nose estimée à environ … 15 millions
de dollars. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres !

Les amateurs rêvent à la vue de ces véhicules d’exception, que l’on peut parfois approcher jusqu’à les caresser. C’est que le public répond toujours plus présent à ce rendez-vous privilégié. Pour avoir assisté à de nombreuses éditions, j’ai pu personnellement constater que la fréquentation s’accroît d’année en année. Les voitures de collection ont la côte ! L’audience, un temps composée uniquement de connaisseurs aguerris, s’est élargie à d’autres profils, plus jeunes. Il reste néanmoins en très grande majorité masculin. Fait notable, l’événement a beau se développer, il ne perd pas ce côté « convivial » qui lui va si bien. N’est-ce pas là la clé du succès pour le Salon Rétromobile ? Un salon intergénérationnel et ouvert à tous ?

Le reflet d’un marché très prisé

Revenons sur cette mutation du public. Il convient de préciser que le Salon Rétromobile a vu apparaître un nouveau type de visiteurs après la crise financière de 2008. En effet, les véhicules de collection constituent un placement financier particulièrement intéressant car ils sont défiscalisés et peuvent se révéler très lucratifs si l’on s’y prend bien. Ainsi, un véritable marché de l’automobile de collection s’est progressivement mis en place. Ce marché, destiné à des personnes possédant des moyens financiers certains, a vu ses prix grimper de manière exponentielle au fur et à mesure que le temps a passé. Certains observateurs ont même dénoncé l’existence d’une bulle spéculative autour de ce marché.

En effet, comment justifier certains prix actuels ? Comment justifier qu’un collectionneur anonyme ait pu débourser 38 millions de € pour une Ferrari 250 GTO à l’été 2014 ? Il s’agit du record absolu à ce jour. Pour l’anecdote, sur ce salon mon père et moi avons été frappés de voir un Renault 5 Maxi Turbo, « la voiture de mes anciens potes smicards » selon mon géniteur, affichée au prix de… 150.000 € ! Le Salon Rétromobile est un lieu où se déroulent beaucoup d’échanges commerciaux ; la majorité des véhicules exposés sont à vendre, et les tarifs n’ont pas vraiment de limite. Du reste, un des temps-forts de la manifestation demeure la traditionnelle vente aux enchères réalisée par la maison Artcurial Motorcars.

Durant l’édition 2016, une Ferrari 335 Sport Scaglietti avait été adjugée à plus de 35 millions de dollars. Les rumeurs les plus folles ont couru concernant l’identité de son acquéreur. On a parlé d’une bataille d’enchères téléphoniques acharnée entre les footballers Christiano Ronaldo et Lionel Messi, sans pour autant que l’information ait été officiellement validée. Quoi qu’il en soit, cette vente a été la plus chère de l’histoire du Salon Rétromobile. En 2018, quelques 347 véhicules ont trouvé preneur pour un total de 31.810.606 €. La présence de maisons d’enchères du monde entier, à l’instar de l’américaine Sotheby’s, n’a
rien d’anecdotique.

Pour résumer, l’édition 2018 du Salon Rétromobile, malgré des conditions météorologiques difficiles, a confirmé une nouvelle fois l’importance de cet événement sur la scène automobile internationale. Les quelques 105.000 visiteurs répartis sur toute la durée de l’événement ont une fois de plus pu s’imprégner de cet univers rétro et vintage qui fait son succès et son identité. L’événement sera de retour à Paris Porte de Versailles du 06 au 10 février 2019.

Pour en savoir plus :

www.retromobile.fr

Dossier de presse Salon Rétromobile 2018

Communiqué de presse bilan Salon Rétromobile 2018

Analyse du marché des voitures de collection – Autonews

Top 30 des voitures les plus chères vendues aux enchères – L’argus

Résultats vente Artcurial Rétromobile 2018 – Artucial

 

 

Guillaume VENET – Bachelor 3eme année – RP/Event – 2017-2018