Le vidéo mapping : une expérience scénographique inédite au service des marques

Si je vous dis Atelier des Lumières à Paris ? Fête des Lumière à Lyon ? Vidéo mapping ? Vous en avez sans doute déjà entendu parler, le principe vous dit quelque chose, n’est-ce pas ? Depuis les frères Lumières en 1895, le cinéma s’est diversifié. La simple toile blanche de l’époque a engendré de nombreux autres supports et formats.La vidéo a elle-même pris son ampleur, donnant naissance à plusieurs usages et techniques. L’art du mapping en fait partie, est peu à peu devenu un véritable axe de communication et un moyen d’expression pour les marques et institutions. Explications.

Vidéo mapping : une expérience inédite et extraordinaire

Le mapping vidéo a vu le jour il y a environ cinq ans. Cette technologie multimédia permet de projeter de la lumière et/ou des vidéos sur des volumes, de faire apparaître des images de grande taille sur des structures, voire de recréer des univers à 360°. Comment ? Grâce à l’utilisation de logiciels spécifiques qui analysent le relief et les aspérités de l’objet sur lequel la vidéo va être projetée, les volumes sont dessinés et reproduits, afin d’obtenir des projections vidéo qui adhèrent le plus près possible aux endroits choisis.

Cette méthode transforme n’importe quelle surface en un écran dynamique, qui va alors s’animer et offrir aux spectateurs une expérience hors du commun. En jouant avec nos perceptions, le vidéo mapping est en cela surprenant et unique. Souvent employé pour des événements nocturnes, on le qualifie de scénographie urbaine. Quatre festivals iconiques lui rendent hommage : le Vidéo Mapping Festival dans les Hauts-de-France, le Mapping Festival à Genève, la Fête des Lumières à Lyon (1,8 million de visiteurs en 2019) et le Vivid Festival de Sydney (2,3 millions de visiteurs en 2019).

Depuis 3 ans et grâce aux avancées technologiques, ces usages ne cessent de se multiplier et de s’enrichir ; les techniciens spécialisés ne manquent pas de créativité pour décliner ce support. Et pour cause. Capter l’attention du public est aujourd’hui l’objectif ultime, aussi bien des enseignes que des artistes. Face à une audience saturée, le vidéo mapping répond à cet objectif en offrant plus qu’un simple spectacle, une expérience inédite et extraordinaire. Les logiciels comme les matériels sont de plus en plus performants et pointus, optimisant la projection à très longue distance – comme le spectacle son et lumière du Nouvel An sur l’Arc de Triomphe – ou très précise sur des objets tel une basket, une maquette ou encore une voiture.

Le vidéo mapping peut à la fois sublimer un objet, épouser les formes d’un bâtiments ou encore plonger le spectateurs dans un univers. Il est notamment utilisé lors de lives afin que les artistes s’approprient les espaces et invitent le public à vivre pleinement le show. C’est même devenu une spécialité pour certaines entreprises, ainsi le studio russe Sila Steva qui a signé les ambiances visuelles des concerts de DJ Snake ou de Drake. Par ailleurs, l’aspect connecté s’étant démocratisé, l’interaction entre utilisateurs et vidéo a fait ses preuves. Le public en mouvement peut par ce biais devenir acteur de l’événement, influer sur la projection, principalement grâce à la réalité augmentée interactive.

Une visibilité nouvelle pour les marques

Dans la bataille pour l’engagement, le vidéo-mapping offre, on s’en doute, une visibilité nouvelle aux marques. Stratégie évènementielle, stunt d’envergure, valorisation d’un produit … lorsqu’il s’agit de capter l’attention des consommateurs, la scénographie devient l’indispensable alliée du sensationnel et du sensoriel. Les marques de luxe comme les institutions culturelles ou les musées sont en demande de ces nouveaux médiums d’exception, avec un certain succès.

  • En novembre de l’année dernière, l’opening de la boutique Dior a ainsi trouvé un prolongement hors les murs et captivé les passants. Le vidéo mapping projeté sur les parois du nouveau site de la maison de haute couture a créé de l’émotion en touchant le un public au cœur.

  • Sur ses majestueuses voiles de verre, la Fondation Louis Vuitton a mis en scène le décrochage de son exposition « Être moderne : Le MoMA à Paris ». L’Atelier Athem a imaginé un vidéo-mapping dédié à partir d’une sélection d’œuvres de l’exposition.

En créant une approche audacieuse et inédite en accord avec l’ADN et l’identité de la marque, le mapping apporte une valeur ajoutée à différentes campagnes et évènements. Il renforce l’engagement et l’adhésion des publics qui relaient abondamment l’opération sur les réseaux sociaux. Par sa nature même, l’événement numérique active un levier de communication puissant à intégrer dans la stratégie digitale de la marque. L’écho se fait grâce à la viralité engendrée par le partage de ce moment fort sur les réseaux sociaux et les différentes activations mises en place par l’enseigne.

C’est d’ailleurs l’objectif de certaines marques qui envisagent initialement cette démarche comme un geste esthétique harmonieux de mise en valeur d’un lieu/façade, puis intègrent son caractère spectaculaire et sa force de viralité. Le contenu vidéo et photo généré s’intègre pleinement dans une stratégie de communication digitale : au delà de son aspect éphémère, ce médium se transforme avec le temps en content qualitatif entrant dans une stratégie 360° efficace sur le long terme. Ce qui justifie largement l’investissement : car, il faut le savoir, le vidéo-mapping suppose un coût important … pour un ROI très intéressant en terme d’image de marque.

Pour en savoir plus :

https://thejamproject.athem.fr/les-projets/alula-merveilles-d-arabie

https://lemag-ic.fr/case-studies/fondation-louis-vuitton-athem-signe-video-mapping-epoustouflant/

https://medium.com/@athem/dior-champs-%C3%A9lys%C3%A9es-293ddd9382fe

http://silasveta.com/work/drakes-tour-

http://2020.mappingfestival.com/

Céleste TRETOUT – Bachelor 3eme ammée – Création publicitaire – 2019/2020