Lecture d’ESPien : L’Élégance du hérisson – Muriel Barbery – Gallimard – 2006

Imaginez-vous dans un immeuble bourgeois dont les habitants pratiquent l’élitisme et sont persuadés que chaque catégorie de la population devrait rester à sa place : c’est là que vit Renée, 54 ans, la concierge.

Concierge qui cache un grand secret, bien dissimulé derrière les clichés qui collent à la peau d’une concierge d’immeuble. Autodidacte, extrêmement cultivée, Renée s’inscrit parmi les penseurs, les philosophes, les intellectuels et les érudits de notre société.

Un jour, elle fait la rencontre de Paloma, fille d’une famille riche, très cultivée elle-aussi, et en total désaccord avec cet univers qu’elle juge aussi pauvre et vide. Et elle n’en peut plus ; refusant de finir comme ses parents, Paloma préfère se suicider le jour de ses 13 ans. Forcément, la rencontre avec Renée va changer la donne.

Pourquoi ce livre, fondé sur une étude sociologique assez fine, est finalement très intéressant pour nous, communicants ?

C’est que nos deux héroïnes, victimes d’un monde qui les méprise, nous amènent à repenser les codes sociaux qui définissent les personnes qui nous entourent. Établir une bonne et solide stratégie de communication, c’est savoir identifier ses cibles. Mais encore faut-il trouver des moyens de communication et des insights qui seront en total adéquation avec leur groupe social de référence.

C’est là que ce livre est intéressant car, s’il démontre bien une chose, c’est que malgré les différences de classes sociales, la culture et les codes culturels peuvent être partagés par tous. Regardons Paloma et Renée : nous n’allons pas utiliser les mêmes insights et les mêmes codes sociaux pour toucher ces deux cibles différentes. Or c’est là qu’est notre erreur, car quand bien même leurs ressources et leurs modes de vie divergent, leur niveau, leur appétit de culture demeurent les mêmes !

Morale de ce livre, nous devons faire attention à ne jamais exclure une cible potentielle car nous avons réduit notre ciblage à une seule et unique classe sociale. En somme, une concierge d’immeuble peut très bien avoir les mêmes références culturelles que le couple aisé du 7e étage, et inversement. Collègues et amis communicants, ne faîtes donc jamais l’erreur de façonner des campagnes de communication élitistes, en pensant que les individus d’une autre classe sociale ne pourront pas comprendre les codes utilisés.

Pour en savoir plus :

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Blanche/L-elegance-du-herisson

 

Hugo QUÊTU – Bachelor 2eme année – 2019/2020