Trois incontournables pour décrocher le poste qu’il vous faut

Pas d’année à l’ESP sans stage, pas de fin d’études sans recherche d’emploi. Dans les deux cas, il s’agit de candidater auprès d’entreprises pour décrocher un poste à hauteur de ce qu’on vaut. Plus facile à dire qu’à faire quand on sort du lycée et/ou qu’on ne sait pas trop comment s’y prendre. On dit souvent que ce sont les contacts, le réseau qui priment, que de toute façon, vous n’aurez pas votre chance parce que vous débutez, n’avez aucune expérience … Certes … mais NON. Aujourd’hui, avec tous les outils à disposition, vous pouvez créer votre propre carnet d’adresses, être influent et attractif. Il suffit dune bonne préparation en amont. Comment vous y prendre concrètement ? Voici quelques conseils à mettre en pratique pour décrocher le poste qu’il vous faut !

Point 1 : savoir qui vous êtes

Cela semble une évidence et pourtant … il n’est pas possible de décrocher LE POSTE qu’il vous faut sans savoir qui vous êtes. Or beaucoup de personnes en recherche d’emploi l’ignorent, ce qui constitue un sacré handicap : comment entamer un processus de recrutement pour une entreprise, proposer votre profil, vos services, si vous-même, vous ne vous connaissez pas ? Vos points forts, vos points faibles, vos limites, vos richesses, vos créations …

Avant toute chose, il faut vous poser les bonnes questions. C’est essentiel pour être confiant, persuasif et vous valoriser auprès de n’importe quel recruteur. Cette partie sur soit est la seule où il n’y a pas vraiment de question piège, de bonnes ou de mauvaises réponses. Mais elle correspond souvent à l’ouverture de l’entretien. Il est donc important d’attirer l’attention et de rendre intéressante sa présentation, ce qui suppose deux questions clés.

Qui êtes-vous ?

Rassemblez tous les éléments qui forment votre profil aujourd’hui, toutes les caractéristiques qui font votre identité (nom, prénom, âge…) et puis tout ce qui est de l’ordre plus personnel. Vos passions, centres d’intérêt, qualités et défauts. Ces deux derniers points sont souvent la partie la plus complexe. On a du mal à choisir les bons termes, on a peur que cela porte préjudice pour le job en question … or cela peut être une clé essentiel pour décrocher un job, parce que voter hobby suppose des compétences spécifiques, que le recruteur a la même passion que vous … Voilà pourquoi il est préférable d’anticiper ce point et de montrer que vous cernez parfaitement vos aptitudes comme ce qui peut être à améliorer chez vous.

Votre parcours ?

Listez l’ensemble de vos expériences et compétences professionnelles acquises, afin d’être clair sur votre cheminement et mettre en avant toutes les informations essentielles pour appuyer votre discours. Donnez des exemples de mission et explicitez ce que vous en avez tiré comme enseignement. Puis tissez des liens entre les expériences vécues, pour que votre parcours paraisse le plus cohérent possible.

Point 2 : savoir ce que vous cherchez

Vous avez fait le point sur vous, vos compétences, vos expériences, votre plus-value ? Maintenant il s’agit de cibler où les mettre en action et de s’interroger sur l’emploi que vous cherchez.

Quel secteur ?

Quels sont les secteurs dans lesquels je ne me vois pas travailler ?Quels sont ceux qui aux contraires m’intéressent ? Et pourquoi ? Ce sont les questions socles à se poser. Attention d’ailleurs, déterminer un seul secteur peut s’avérer réducteur ! Parfois, on ne sait pas vers quoi on veut aller, où l’on veut changer d’univers, il ne faut donc pas se limiter à un seul domaine (en demeurant lucide néanmoins). Il importe de se demander quels sont les domaines et les centres d’intérêt qui nous animent, de déterminer des secteurs qui concordent, font sens et peuvent être source d’épanouissement.

La taille de la structure ?

Où est-ce que je me sens le mieux pour travailler ?“ Petite, moyenne, grande entreprise ? Vous préférez travailler en petit comité, être proche de tous les employés ou au contraire, voir grand au sein d’un grand groupe. Tout dépend de vos préférences et de vos envies personnelles, mais aussi de vos interactions, de votre méthodologie de travail.

L’entreprise ?

Listez l’ensemble des entreprises dans lesquelles vous vous verriez opérer, pour lesquelles vous êtes prêt à vous lever chaque matin … et demandez-vous pourquoi. Quelles seraient-ce leurs valeurs ? Leur domaine d’activité ? Leur notoriété ? S’agit-il tout simplement d’un challenge personnel ? Plusieurs réponses sont possibles. Le tout, c’est de savoir pourquoi et cette info sera vitale pour montrer votre motivation auprès du recruteur.

Le poste ?

Souvent, on a du mal à définir ce qu’on sait faire, surtout quand on vient d’intégrer le monde professionnel via des stages ou des alternances et qu’on nous demande de déterminer des compétences précises. Pour y parvenir, il faut réunir tout ce que vous avez appris à l’école, dans vos expériences professionnelles ou en autodidacte, puis classer ces acquis selon de grandes catégories (technique, domaine, missions …) et user des mots clé dans vos recherches de postes. Ces mots clé pourront aussi apparaître sur votre CV, votre profil LinkedIn ou bien sûr servir pour vous piloter sur des plateformes de recherche d’emplois.

Vos envies ?

Qu’est-ce que j’ai envie d’approfondir, de travailler, d’apprendre aujourd’hui?” Il faut aussi déterminer vos envies, en terme de compétences, de missions, de poste ou même d’ambiance, afin de savoir comment tourner votre candidature et quoi mettre en avant dans vos compétences, expériences, études, projets et autres. Puis tout simplement parce qu’on a tendance à l’oublier, mais vos envies sont à prendre à compte car elles sont capitales dans votre évolution futures.

Point 3 : mettre votre candidature en avant

Maintenant, il faut mettre en avant votre candidature, en réunissant l’ensemble des éléments qui forment votre profil et définissent qui vous êtes et ce que vous recherchez. Pour cela, plusieurs outils dit “conventionnels” et “originaux’’ peuvent être utilisés :

Curriculum vitae

Plusieurs théories sur cette étape : certains diront qu’il est essentiel d’être original, d’autres que seules importent les informations inscrites sur le CV … En réalité, tout dépend de la structure dans laquelle vous candidatez et du poste en question.

Il est possible de faire un CV conventionnel, clair, précis avec les catégories dites classiques : formation, expériences professionnelles, compétences, langues, centres d’intérêt et contact. Il pourra être réalisé sur Word, Canva, CVmaker et consort, beaucoup d’autres outils sont disponibles sur internet. L’important et de marquer les esprits, d’employer les termes adéquats … et de se mettre à la place du recruteur. Quelles sont ses exigences ? Comment valoriser l’info dans le format du CV (place, ergonomie du document, choix des couleurs …) ?

Lettre de motivation

Un classique, souvent négligé par les personnes en recherche d’emploi qui écrivent un courrier lambda sans originalité ni sincérité. Or il faut si la lettre de motivation suit une schéma déterminé, elle doit s’adapter à chaque nouvelle entreprise démarchée, en mettant en avant ses attraits et la manière dont le candidat peut interagir avec et éventuellement l’enrichir. Pas de fautes d’orthographe, un style fluide, une argumentation claire mais qui ne doit pas répéter le CV ni déborder sur l’entretien à venir, voici les points clés pour écrire ce texte qui s’appuiera sur les éléments rassemblés en amont.

Lettre de recommandation

Négligée par les candidats et quel dommage, car la lettre de recommandation connaît un regain d’intérêt avec les réseaux sociaux professionnels. Même si, contrairement au CV, elle n’est pas automatiquement exigée par le recruteur, elle peut avoir une réelle influence dans le process de recrutement puisqu’elle permet d’affiner, de confirmer ou d’infirmer un jugement sur votre candidature.

De nouveaux formats

Depuis quelques années, nous pouvons voir une évolution du format des candidatures, notamment avec l’émergence des CV en vidéo et du motion design (vidéo d’animation) plus spécifiquement sur le réseau social LinkedIn. Aujourd’hui avec tous les outils disponibles, il est possible de créer un CV vidéo de manière très simple, via des logiciels d’aide type : Aminakers, Renderforest, Prezy ou bien sûr des logiciels un peu plus poussés du type After Effect.

Initialement, c’est un bon moyen de se distinguer sur les réseaux sociaux (LinkedIn, Groupes Facebook fermés…) aux yeux des recruteurs, d’autant plus que la pratique ne cesse de se développer, boostée par des étudiants en quête de stage ou d’alternance ou des jeunes diplômés rompus aux techniques de communication et de personal branding.

Site web perso, blog professionnel, compte Twitter dédié à son domaine d’expertise … il y a d’autres vecteurs pour se mettre en valeur sur la toile dont nous pourrons traiter ultérieurement. Mais vous vous avez ici une base, un socle de fondamentaux nécessaires pour valoriser votre candidature, et montrer que vous valez la peine qu’on vous recrute. Maintenant à vous de jouer … et bon recrutement !

 

Pour en savoir plus :

https://www.welcometothejungle.co/fr

http://www.strategies.fr/

https://lareclame.fr/

 

Laurine PEYRIDIEU – Bachelor 3eme année – Stratégie Marketing – 2018/2019