Dress code au travail : le casual au cœur des entreprises  ?

Fini le temps du code vestimentaire strict, du costume terne et morose. Aujourd’hui, le dress code en entreprise évolue vers un style plus casual. Le vêtement est devenu le reflet de notre personnalité. Ce renouveau, porté par la nouvelle génération des millennials, est un subtil mélange entre traditionnel et modernisme. Un nouveau code qui bouscule les diktats de la mode … et du travail ?

La liberté au travail

La tenue portée au travail était, depuis longtemps, une contrainte vécue par les employés. Le diktat conventionnel du costume cravate grisonnant et monotone, du tailleur morne était le fer de lance vestimentaire des années 90. Une nécessité pour entrer dans le moule et être identifiable par sa hiérarchie. Aujourd’hui, la tendance s’inverse et tend vers une libéralisation vestimentaire. La génération Y revendique une émancipation absolue et assumée, jusque dans ses habits de travail. La volonté de vêtir comme bon lui semble s’impose de plus en plus y compris durant les heures de bureau, exprimant une certaine liberté acquise au cours des années. Cet affranchissement traduit le désir de se sentir maître de soi-même dans un cadre normé et codifié, d’affirmer sa personnalité auprès de ses collègues, d’afficher une posture vraiment légitime. Il s’agit d’asseoir son état d’esprit, sa position au sein de la société, d’établir n marqueur fort d’identité.

La silhouette comme une arme

On assiste désormais à une « strat-upisation » du code vestimentaire. Les millennials s’imposent comme les nouveaux influenceurs de la mode au sein des entreprises. Le paraître prime ainsi souvent sur l’être, et l’habit est donc devenu une carapace tacite que l’homme utilise pour se dissimuler à travers les codes normés du travail. Le vêtement, c’est un caractère, une personnalité mise en avant via le style et l’élégance. C’est le dress code de cette nouvelle génération qui façonne l’attitude que vous avez au travail. Cette armure subjective forge la confiance en soi indispensable en entreprise ; on s’approprier un vêtement selon ses envies et son état d’esprit dans le but de se distinguer vis à vis de ses pairs.

Un environnement informel mais productif

Le diktat du « cool » resserre progressivement son emprise sur le monde du travail. Pouvoir évoluer dans un milieu plus sain est la volonté de beaucoup de professionnels. Grâce à la libéralisation du code vestimentaire, les salariés essayent de contrer la pression importante et permanente exercées dans les grands groupes. Une aisance autorisée par la hiérarchie car cette décontraction est également synonyme de productivité. Une étude parue dans la revue Social Psychological and Personality Science atteste que les individus qui sont habillés de façon décontractée, sont plus efficaces au travail pour des tâches concrètes. Il est vrai aussi que porter des vêtements casuals est plus confortable pour travailler 7 à 10 heures par jour dans un bureau. Un style personnel est donc à adopter par l’ensemble des collaborateurs afin de sentir au mieux dans son cadre de travail.

Une uniformisation du style casual

Le style décontracté et flegmatique des employés devient cependant de plus en plus uniformisé, ce qui constitue un véritable paradoxe vis à vis de la volonté de se démarquer des autres, de se défaire des codes et des normes jusqu’alors dictées par les magnats de la mode. Aujourd’hui, le jean et les Stan Smith constituent le nouvel uniforme du trentenaire actif. Une tenue, certes plus confortable et décomplexée, mais qui devient le carcan du XXIème siècle. Même si les salariés sont plus libres de porter ce qu’ils veulent, ils se raccrochent tout de même à des codes émis par les leaders de leurs entreprises. Cette banalisation vestimentaire découle bien sûr du besoin des hommes de se faire accepter par leurs pairs et par leur hiérarchie, de s’identifier à eux.

Alors, faut-il revenir au costume des années 90 ou suivre la tendance de la nouvelle génération ? Trouver le subtil mélange entre traditionnel et modernisme n’est pas chose aisée. Avant tout, il faut se sentir bien dans ses habits. Le vêtement parle à notre place, c’est une façade qui met en avant nos traits de caractères. Il faut jouer avec les codes vestimentaires de nos parents en y ajoutant sa propre touche afin de trouver son style, celui qui donnera confiance en soi afin d’évoluer dans un monde impitoyable. Ce renouveau du dress code, propulsé sur le devant de la scène par la nouvelle génération des millennials, est un acte assumé qui bouscule les diktats de la mode. Or comme le disait si bien Coco Chanel, « La mode passe, le style, reste ».

Pour en savoir plus :

  • Madame Figaro, L’attitude, la nouvelle arme absolue du style.

http://madame.lefigaro.fr/style/lattitude-larme-absolue-style-190816-115893

  • E-RSE, Comment le dress code affecte le bien-être et la productivité des salariés ?

https://e-rse.net/dress-code-entreprise-bien-etre-productivite-269414/#gs.LGNcPEk

  • Cadremploi, Les nouveaux dress-codes au bureau

https://www.cadremploi.fr/editorial/actualites/actu-emploi/detail/article/les-nouveaux-dress-codes-au-bureau.html

  • BFM Business, Le dress code en entreprise en pleine révolution

https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/le-dress-code-en-entreprise-en-pleine-revolution-963568.html

  • La Parisienne, Dress code au travail : les vêtements des femmes en disent long

http://www.leparisien.fr/laparisienne/style/mode/dress-code-au-travail-les-vetements-des-femmes-en-disent-long-14-09-2017-7260363.php

– GQ magasine n°119 avril 2018

– L’étiquette magasine n°1 Le guide le l’élégance masculine automne-hiver 2018/2019

Romain CHEVREUX – Bachelor 3eme année – RP/Event – 2018-2019